A. Viré : Nécrologie parue dans le bulletin de la SPF

 Société préhistorique de France ; Séance du 25 octobre 1951

In: Bulletin de la Société préhistorique de France. 1951, tome 48, N. 9-10. pp. 385-417.

Armand Viré, Président d’Honneur dela Société PréhistoriqueFrançaise, est décédé à Moissac, le 15 juillet 1951, à l’âge de 82 ans. Tous ceux qui l’ont connu et, notamment, les nombreux amis qu’il avait dans notre Société, se rappelleront l’amical et bienveillant accueil qu’il voulait bien réserver aux chercheurs s’intéressant aux questions qu’il avait lui-même étudiées, son obligeance inépuisable, et les relations si cordiales qui s’établissaient toujours au cours de recherches faites en commun ou de l’examen de quelque problème.

Né à Lorrez-le-Bocage (Seine-et-Marne), le 28 janvier 1869, il avait fait ses études à Sens, puis à Paris, où il fut lauréat du Concours Général en 1885, licencié en 1892, Vice-Président de l’Association Générale des Etudiants en 1894, Docteur ès-Sciences et lauréat de l’Institut (Prix Bordin) en 1899. Attaché au Muséum National d’Histoire Naturelle depuis 1894, il s’était particulièrement consacré àla Zoologieet àla Biologiedes faunes cavernicoles, et avait été nommé, en 1910, Directeur du Laboratoire de Biologie Souterraine à l’Ecole des Hautes Etudes. Il fit de très nombreuses explorations de cavernes et d’abîmes, souvent en compagnie de E. A. Martel, en France, en Allemagne, en Autriche, en Italie et en Afrique du Nord, atteignant, notamment à l’Aven Armand, une profondeur de219 mètres, qui constituait, à cette époque, un record important pour ces explorations souterraines, encore à leurs débuts. Il participa activement à la mise en valeur, au point de vue touristique, des cavités ainsi explorées et à celle des sites particulièrement remarquables qui se trouvaient dans les mêmes régions, et fut Secrétaire du Comité du Tourisme à l’Exposition Universelle de 1900.

Armand Viré rapporta de ses expéditions de très nombreuses séries d’animaux, curieusement adaptés aux conditions de vie particulières des cavernes, faunes alors très peu connues, et décrivit plusieurs genres nouveaux et de nombreuses espèces. Pour lui, les phénomènes d’adaptation étaient évidents, et il fut l’auteur de conceptions nouvelles concernant l’Evolution, en montrant la tendance à la variation rapide des organes dont l’utilité devenait prépondérante à la suite d’une modification dans les conditions d’existence.

Véritable naturaliste au sens le plus large du mot, désirant étudier et comprendrela Naturesous tous ses aspects, Armand Viré n’a pas limité son activité à la branche des sciences dans laquelle il s’était tout d’abord spécialisé, et il a entrepris l’étude de toutes

les observations d’ordres divers qu’il a eu l’occasion d’effectuer au cours de ses explorations et de ses voyages. Chercheur hardi, il était particulièrement attiré par les sciences naissantes, pour lesquelles il fallait recueillir, scientifiquement, une documentation nouvelle et savoir choisir les éléments d’appréciation utiles.

C’est ainsi que, très rapidement, il s’intéressa aussi, et tout spécialement, àla Préhistoire: Membre dela Société Préhistoriqueaussitôt après sa création, il en fut le Président en 1912, après avoir été, en 1911, Président du VIIe Congrès Préhistorique de France, à Nîmes. Les résultats des fouilles qu’il organisa ou auxquelles il prit part, ont t’ait l’objet de très nombreuses et importantes publications : Ses travaux sur les cavernes du Quercy, sur les stations préhistoriques et les mégalithes des environs de Lorrez-le-Bocage, sur la grotte solutréenne de Lacave et divers gisements de la région,

sur un certain nombre de stations protohistoriques, gauloises, galloromaines, mérovingiennes, font partie des documents classiques réunis au début de notre siècle par les Préhistoriens et Archéologues français, et dont l’ensemble a permis de préciser les techniques différentes des diverses industries ainsi que nos connaissances surla Protohistoirede notre pays. Il a donné en 1948, au Musée du Centre d’Etudes Préhistoriques Quercynoises du Château de Cabrerets, les collections qu’il avait conservées à Lacave.

Par ailleurs, l’année 1913 marqua encore une étape nouvelle de son activité : au cours de ses recherches, il s’était trouvé en rapport avec des sourciers. Très sceptique sur la réalité de leur art, il accepta cependant de les mettre à l’épreuve et d’organiser à Paris une réunion où les résultats obtenus, rigoureusement contrôlés, furent décisifs : il reconnut aussi, à sa grande surprise, que lui même possédait la faculté de percevoir les indications données par la baguette et le pendule. Aussitôt, il entreprit une nouvelle série de recherches et fut pendant de longues années Président dela Sociétédes Amis dela Radiesthésie. Lesphénomènes qui interviennent ont des causes encore assez mystérieuses, probablement multiples, et, le fait que, dans une période de tâtonnement, quelques chercheurs, insuffisamment préparés, peuvent commettre des imprudences et dépasser des limites qui ne seront précisées que plus tard, encourage les incrédules. Mais, en dépit du scepticisme encore assez général, Armand Viré n’hésita pas à poursuivre courageusement une oeuvre qu’il estimait utile au développement de nos connaissances, et, il me l’écrivait encore assez récemment, à la suite d’une remarque, faite au cours d’un colloque, et dont l’intention était malveillante : seuls, quelques esprits paresseux peuvent encore se permettre de contester et de rejeter, sans les avoir examinées, certaines catégories de faits précis, maintenant innombrables, scientifiquement établis.

Ces recherches ne sont d’ailleurs pas toutes étrangères à nos préoccupations de Préhistoriens, car, en dehors de très nombreuses localisations d’eaux souterraines, et de la découverte de gîtes métallifères qui n’affleuraient pas en surface, Armand Viré a, plusieursfois, et, notamment à Laeave, déterminé les contours précis de grottes et de cavernes, confirmés ensuite par les explorations. Des monnaies médiévales ont été repérées par lui et mises au jour. Notre Société, et toutes celles dont il a fait partie, se trouvent très honorées d’avoir pu compter parmi leurs membres un savant dont les recherches ont contribué au progrès dela Science, et lui ont valu de nombreuses et hautes distinctions, en France et à l’Etranger.

Pour nous, plus spécialement, Armand Viré a été un Préhistorien actif, dévoué et consciencieux, un de ceux qui ont fait dela Société PréhistoriqueFrançaise ce qu’elle est actuellement. Nombreux sont les membres plus jeunes qui ont bénéficié de ses conseils ou des indications qu’il donnait si amicalement, et qui lui sont redevables, au moins en partie, de leur formation de Préhistorien. Que Mme Viré et sa famille veuillent bien trouver ici le témoignage de leur reconnaissance et l’expression des très sincères condoléances de tous ses amis.

 J. Blanchard.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *