A. Viré : Nécrologie parue dans le bulletin de la SPF

 Société préhistorique de France ; Séance du 25 octobre 1951

In: Bulletin de la Société préhistorique de France. 1951, tome 48, N. 9-10. pp. 385-417.

Armand Viré, Président d’Honneur dela Société PréhistoriqueFrançaise, est décédé à Moissac, le 15 juillet 1951, à l’âge de 82 ans. Tous ceux qui l’ont connu et, notamment, les nombreux amis qu’il avait dans notre Société, se rappelleront l’amical et bienveillant accueil qu’il voulait bien réserver aux chercheurs s’intéressant aux questions qu’il avait lui-même étudiées, son obligeance inépuisable, et les relations si cordiales qui s’établissaient toujours au cours de recherches faites en commun ou de l’examen de quelque problème.

Né à Lorrez-le-Bocage (Seine-et-Marne), le 28 janvier 1869, il avait fait ses études à Sens, puis à Paris, où il fut lauréat du Concours Général en 1885, licencié en 1892, Vice-Président de l’Association Générale des Etudiants en 1894, Docteur ès-Sciences et lauréat de l’Institut (Prix Bordin) en 1899. Continuer la lecture de A. Viré : Nécrologie parue dans le bulletin de la SPF

Bi(bli)ographie d’Armand Viré

Un projet concernant la biographie d’Armand Viré est à l’origine d’un inventaire (en cours) de la bibliogaphie de ce chercheur dont les travaux ont porté sur Moissac, mais pas seulement. Prochaînement donc, dans ce carnet, nous publierons une liste préliminaire  à vérifier, corriger, améliorer, compléter etc.

Tout comme pour sa biographie, la base de travail  est la suivante :

1/ la notice de Martine François : http://cths.fr/an/prosopo.php?id=100865

La source d’informations la plus importante qui permet de se rendre compte de son incroyable parcours est la suivante :

Un grand précurseur de la spéléologie lotoise Armand Viré (écrit avec le soutien de Melle Geneviève Viré) – Extrait du bulletin n°4 du Comité Départemental de Spéléologie du Lot – Marcel Abad – 1978 – p. 52 – 58

2/ la notice dans l’encyclopédie collaborative de Wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Armand_Vir%C3%A9

 

Nouvelle opération de diagnostic

A peine l’opération située à l’est du cloître terminée, une nouvelle opération de diagnostic archéologique commence. Pendant plusieurs jours, une équipe de deux archéologues va effectuer des sondages – des tranchées de plusieurs mètres de long – dans la zone d’activités commerciales du Luc. Cette opération est importante car elle se situe dans un environnement archéologique riche ; un ensemble de bâtiments liés à une villa gallo-romaine a été fouillé en 2008. Cette opération va-t-elle permettre de compléter les données recueillies à ce moment là ?

A la recherche de la chapelle Saint-Julien

En attendant les billets sur les résultats principaux des diagnostics archéologiques qui ont eu lieu ces dernières années à Moissac, que ce soit au niveau du centre historique de la ville (non loin de l’abaye) ou en dehors (zone d’activités du Luc), un petit lien de l’article de la Dépêche du Midi qui était paru à cette occasion :

http://www.ladepeche.fr/article/2011/03/03/1026309-moissac-a-la-recherche-de-la-chapelle-saint-julien.html

(A suivre…)

Numérisation de diapositives

Il y a un an (en fait, du 28.02 au 4.03.2011) l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) a mené une opération de diagnostic archéologique (P. Georges dir.) à l’emplacement de l’aile occidentale (dite Saint-Julien) de l’abbaye ; elles ont été à l’origine de discussions passionnantes avec Chantal Fraïsse et Estelle Fayolle Bouillon (Service Patrimoine de la ville de Moissac). Nous reviendrons plus tard sur les résultats de ces recherches. Nous les avions en tout cas présentés, de façon informelle, au prêtre Pierre Sirgant, bien connu des Moissacais – il est notamment l’auteur d’un guide de visite sur l’abbaye – qui passait par là. A cette occasion, il nous avait confié une mallette pleine de diapositives que nous sommes en train de numériser. Nous lui en ferons une copie, ainsi qu’au Service Patrimoine de la ville de Moissac.

J’y avais jeté un coup d’œil intéressé ; je cherchais tout ce qui pouvait documenter la zone sur laquelle je travaillais. Je viens de le regarder de nouveau. Et, elles me semblent en fait toute d’un intérêt patrimonial évident. Quand on cherche des photographies anciennes, on cherche souvent des cartes postales anciennes. Elles ont en effet le mérite de nous présenter des monuments, des parties de la ville, sans voiture ni aménagement contemporain peu soucieux du patrimoine historique, souvent avec des vues dégagées… qu’il n’est plus possible d’avoir maintenant. Sans compter qu’il serait difficile, maintenant, de bloquer une rue pour prendre une photographie. Elles sont souvent émouvantes quand un des habitants, parfois avec des enfants, y figurent. J’ai retrouvé dans les diapositives de Pierre Sirgant le même esprit. La plupart documente les travaux menés sur, autour et dans l’abbaye : on y voit là le travail de restaurateurs sur le narthex, de tel tailleur de pierres ou des maçons sur un échafaudage etc. Bien évidemment, les photographies des fouilles de 1985 et 1986 devant le narthex sont celles qui, en premier lieu, ont retenu notre attention. Elles permettent de voir les chantiers sous un angle qui n’est pas celui de l’archéologue ; on peut se rendre compte de l’ambiance. Mais les autres ne sont pas moins intéressantes. Les murs apparaissent ainsi tels qu’ils étaient. On arrive à mettre des visages, sinon des noms, sur tel aménagement qui, même récent, devient une partie de l’histoire.

 A ce jour, la phase de numérisation – dont nous détaillerons les détails techniques – concerne 121 diapositives couleur. Un inventaire détaillé sera effectué.

Histoire de Moissac

Moissac est surtout connue des historiens et des historiens de l’art pour son abbaye et les documents qu’elle a livrés à la postérité. Le discours sur l’histoire et l’évolution de cette ville a surtout été fondé sur les textes et des recherches archéologiques anciennes. Depuis peu, l’essor de l’archéologie préventive au cœur de la ville est l’occasion de relancer une réflexion nouvelle, notamment sur la genèse de la ville et de son abbaye. Les opérations récentes permettent d’ailleurs d’éclairer d’un jour nouveau les données recueillies anciennement, dès la fin du XIXe s. Ce carnet dit de terrain a donc pour but d’accompagner ces recherches et d’en révéler le résultat.